Le sommet sur la faune sauvage à Manille souligne le rôle crucial de la faune sauvage dans le développement durable

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

 

Les décisions prises lors de la plus grande conférence sur la faune sauvage de l’année pourraient offrir une meilleure protection à des millions d'animaux migrateurs, y compris les requins, les lions et les vautours

 

La COP12 de la CMS examinera 31 propositions de 24 pays concernant 35 espèces.

Si elles sont acceptées, des millions d'animaux migrateurs, des oiseaux et des poissons, y compris le cheval de Przewalski, le lion africain, les girafes, le phoque de la Caspienne, dix espèces de vautours et le requin-baleine bénéficieront d'une protection internationale accrue.

Plus de 1000 délégués, représentant plus de 120 pays, sont attendus au sommet qui s'ouvre aujourd'hui à Manille, aux Philippines.

 

Manille, 23 octobre 2017 - La douzième réunion de la Conférence des Parties à la Convention sur la conservation des espèces migratrices appartenant à la faune sauvage (CMS COP12) s'est ouverte aux Philippines aujourd'hui. C'est la première fois que la CMS organise une COP en Asie depuis l'adoption du traité international à Bonn, en Allemagne, en 1979.

La COP12 de la CMS, le plus grand sommet mondial sur la faune cette année, doit réunir les Etats Parties, des organisations intergouvernementales et nationales, le secteur privé, des défenseurs de l'environnement, des ONG locales et internationales et des experts de disciplines multiples.

Le thème de la COP12, « Leur avenir est notre avenir - Développement durable pour la faune sauvage et les humains », reflète une prise de conscience croissante de l'importance des animaux migrateurs dans le contexte du développement humain - fournisseurs de nourriture et de médicaments, pollinisateurs et disperseurs de graines. moyens de lutte antiparasitaire.

Bradnee Chambers, Secrétaire exécutif de la CMS, a déclaré : « La COP12 de la CMS arrive à un moment critique pour la conservation de la faune. Notre faune n'est pas un supplément facultatif, mais la base dont dépendent tous nos moyens de subsistance et notre progrès. Ce n'est qu'en intégrant la conservation de la faune au développement durable que nous serons en mesure de protéger les espèces restantes sur Terre, des espèces dont nous bénéficions de bien des façons différentes.»

La CMS fournit une plateforme mondiale pour la conservation et l'utilisation durable des animaux migrateurs et de leurs habitats. Son sommet triennal réunit les États traversés par les animaux migrateurs et établit les bases juridiques pour des mesures de conservation coordonnées au niveau international.

Des sujets litigieux seront abordés par les délégués au cours de ce sommet de cinq jours, y compris, pour la première fois, les questions de la viande de brousse aquatique et de l’interaction avec les mammifères aquatiques lors d’activités récréationnelles. En outre, des lignes directrices seront présentées sur l'observation de la faune en bateau, une législation sera proposée sur la capture de baleines, de dauphins et de marsouins vivants, et une évaluation réalisée sur les impacts du bruit marin sur les espèces migratrices et leurs proies.

Au total, 31 propositions émanant de 24 pays seront débattues dans le cadre d'un effort mondial visant à protéger les espèces menacées de déclin. Les gouvernements examineront et accepteront, rejetteront ou modifieront ces propositions d'amendement des annexes de la CMS lors de la COP12.

Notamment, dix espèces de vautours et l'aigle des steppes pourraient être inscrites à l'Annexe I, qui protège les espèces migratrices menacées d'extinction. Les girafes, qui ne sont protégées par aucune convention, seront considérées pour inscription à l'Annexe II de la CMS, destinée aux espèces qui ont besoin ou bénéficieraient de manière significative de la coopération internationale.

À la COP12, la CMS renforcera son travail avec la Convention sur le commerce international des espèces menacées d'extinction (CITES) pour la conservation des carnivores africains. La nouvelle initiative bénéficiera au Lion Africain, au Guépard et au Léopard ainsi qu'au chien sauvage africain.

La COP 12 de la CMS examinera également entre autres :

  • Les propositions d'inclure l'ours de Gobi, l'âne sauvage d’Afrique, la chinkara (une espèce d'antilope), le cheval de Przewalski et les chauves-souris d'Amérique du Sud, ainsi que toutes les sous-espèces de léopard aux Annexes de la CMS ;
  • Le requin-baleine menacé pour inscription à l'Annexe I ;
  • Projets de résolution sur les prises accessoires et les débris marins, y compris les filets fantômes (filets de pêche abandonnés ou perdus dans l'océan) ;
  • Un nouveau groupe intergouvernemental spécial chargé de traiter l'abattage illégal des oiseaux migrateurs en Asie ;
  • Un plan d'action multi-espèces visant à mieux protéger 15 espèces de vautours de l’Ancien  Monde ;
  • Un plan d'action pour les voies de migration des Amériques visant à coordonner les activités  de conservation dans l'hémisphère occidental ;
  • Des Plans d'action par espèce pour la Tourterelle des bois, le Courlis de Sibérie, le fuligule de Baer et le Rollier d’Europe ;
  • Un plan d'action pour l'éléphant d'Afrique, mis en place sous l'égide de la CITES ; et
  • Une feuille de route sur la conservation de l'âne sauvage d’Afrique menacé d’extinction. Il reste moins de 70 individus dans le monde.

La COP 12 de la CMS abordera également les questions transversales concernant les réseaux écologiques, le changement climatique et les énergies renouvelables.

Un grand nombre de propositions d’inscription aux Annexes de la CMS sont soumises conjointement, reflétant la préoccupation transnationale croissante concernant le déclin accéléré de la biodiversité.

« Les prochains jours à Manille témoigneront de notre volonté collective et de notre engagement à conserver les animaux migrateurs à l'échelle mondiale. Cela aidera également à mettre en évidence les nombreux liens entre la conservation de la faune sauvage et les objectifs de développement durable convenus par les gouvernements du monde en 2015 ", a conclu Dr Chambers. »

La COP12 sera observée de près par les futures Parties à la Convention. En prélude au sommet de cette semaine, le Bhoutan et le Cambodge ont tous deux confirmé qu'ils cherchaient activement à adhérer à la CMS, avec une accession probable dans un proche avenir. La Malaisie a également indiqué qu'elle envisageait sérieusement d'adhérer à la Convention.

 

Pour des interviews ou pour parler à un expert, veuillez contacter :

Florian Keil,  Coordinateur de l’équipe de communication des secrétariats PNUE/CMS et PNUE/AEWA
Tél. : +49 (0) 228 8152451 ; portable : +63 9273586268
 
Veronika Lenarz,  Information publique, Secrétariat PNUE/CMS 
Tél. : +63 9454138284 ; Courriel: press@cms.int

Notes pour les rédacteurs

Au sujet de la CMS

Page d’information presse de la CMS

Réseaux sociaux: @bonnconvention #cmscop12

Liens utiles :

•    Site Web de la COP12 de la CMS
•    CMS COP12 Newsroom
•    Site Web du Gouvernement Philippin
•    Agenda COP
•    Documents COP (Résolutions et Plans d'action)
 

Last updated on 24 October 2017

Type: 
Press release
Country: 
Philippines
Region: 
South-East Asia